Des astronomes découvrent sept planètes de la taille de la Terre autour d’une petite étoile

seven-planets-em2-620

Une étude publiée mercredi révèle l’existence d’un système de sept planètes de la taille de la Terre autour d’une petite étoile. Trois d’entre elles pourraient potentiellement être habitables.

Des astronomes ont découvert l’existence d’un système de sept planètes de la taille de la Terre autour d’une étoile naine. Leur étude a été publiée mercredi 22 février dans la revue Nature. Selon les chercheurs, trois de ces planètes pourraient abriter des océans d’eau liquide et donc potentiellement de la vie.

“À présent, nous avons la bonne cible” pour rechercher la présence de vie éventuelle sur des exoplanètes, a déclaré Amaury Triaud, coauteur de l’étude. Les sept planètes, qui ont des températures proches de celles de la Terre, tournent autour d’une toute petite étoile ultra-froide TRAPPIST-1 située dans notre galaxie, à “seulement” à 40 années-lumière de nous.

“C’est le Graal pour les astronomes”

“Vingt ans après les premières exoplanètes, il s’agit sans nul doute d’une des plus grandes découvertes dans le domaine des planètes extrasolaires”, estime Didier Queloz, de l’Université de Genève, coauteur de l’étude. “La recherche du vivant sur une autre planète est aujourd’hui à portée de main”, ajoute-t-il.

“C’est la première fois que l’on détecte autant de planètes de taille terrestre dont trois potentiellement habitables, pour lesquelles une étude poussée est possible avec la technologie actuelle, y compris la détermination de la composition atmosphérique et la recherche de traces chimiques de vie”, déclare à l’AFP Michaël Gillon, principal auteur de l’étude. Trois des planètes (TRAPPIST-1 e, f et g) se trouvent dans la zone “habitable” du système, c’est-à-dire susceptible d’abriter de l’eau liquide sur la majeure partie de la surface. “C’est le Graal pour les astronomes”, souligne l’ESO.

Six de ces planètes tournent autour de la naine rouge en 1,5 à 12 jours. Elles sont beaucoup plus proches de leur étoile que la Terre du Soleil.

Le spectacle sur ces planètes doit être “assez beau”, selon Amaury Triaud, également coauteur de l’étude. “Il doit y avoir environ 200 fois moins de lumière qu’à midi sur la Terre”. Cela doit ressembler un peu à “la fin d’un coucher de Soleil”, selon lui.

Comments

comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *