Connect with us

MONDE

Colombie : Plus de 150 morts et 200 disparus dans une coulée de boue

Published

on

Plus de 150 personnes sont mortes dans une coulée de boue en Colombie, provoquée vendredi par de fortes pluies. 200 personnes sont également toujours recherchées.

Les fortes pluies qui touchent en ce moment la Colombie ont provoqué la mort de plus de 150 personnes samedi 1er avril dans une coulée de boue. La Croix-Rouge a fait état de 400 blessés, dont au moins 22 souffrant de traumatismes crâniens graves, et d’environ 200 disparus.

Ce sont les crues de trois rivières situées en surplomb de la ville Mocoa, chef-lieu du Putumayo, dans le sud du pays, qui ont provoqué cette catastrophe vendredi vers 23h30, selon un communiqué de l’armée de terre.

Les eaux ont emporté des maisons, des véhicules, des arbres et détruit au moins deux ponts, a ajouté l’armée, qui a détaché des soldats pour participer aux secours.

De violentes pluies, dues au phénomène climatique El Niño, affectent depuis plusieurs semaines la région andine du nord-ouest de l’Amérique latine, provoquant des inondations notamment au Pérou, où 101 morts et plus de 900 000 sinistrés ont été répertoriés à ce jour.

“Tragédie sans précédent”

“C’est une tragédie sans précédent, [il y a] des centaines de familles que nous n’avons pas encore retrouvées, des quartiers entiers disparus”, a déclaré la gouverneure du Putumayo, Sorrel Aroca, à W Radio.

Selon l’Unité nationale de gestion du risque de catastrophes (UNGRD), au moins 300 familles sont affectées. “La situation à Mocoa est dramatique. Nous appelons à la solidarité de toute la Colombie”, a tweeté le vice-ministre de l’Intérieur, Guillermo Rivera.

Une équipe de crise a été mise en place avec les autorités locales et environ 150 autres personnes, dont des militaires, des policiers et des secouristes qui participent aux opérations de recherche des disparus et au dégagement des décombres, a précisé à l’AFP le directeur de l’UNGRD, Carlos Ivan Marquez.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

MONDE

Corée du Sud : l’ex-présidente Park Geun-hye arrêtée 20 jours après sa destitution

Published

on

Le tribunal central de Séoul a émis un mandat d’arrêt contre l’ex-présidente pour corruption et abus de pouvoir, ainsi que pour avoir livré des secrets gouvernementaux.

L’ancienne présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été arrêtée jeudi 30 mars (vendredi matin, heure de Séoul) dans le cadre du scandale pour corruption ayant mené à sa destitution.
Au terme d’une audience marathon le jour précédent, le tribunal central de Séoul a émis un mandat d’arrêt contre l’ex-présidente pour corruption et abus de pouvoir, ainsi que pour avoir livré des secrets gouvernementaux.

Destituée massivement

La destitution de l’ex-présidente, votée massivement par les députés au début de décembre, a été confirmée le 10 mars par la Cour constitutionnelle du pays à l’unanimité de ses huit juges. Avant cela, elle avait pendant des mois échappé aux poursuites grâce à son immunité présidentielle.
Mme Park, qui est âgée de 65 ans, est accusée d’être à l’origine, avec son amie Choi Soon-sil, de pressions sur des conglomérats sud-coréens en vue d’obtenir des dons pour deux fondations soutenant sa politique. Elle peut être maintenue en détention pour une période pouvant aller jusqu’à vingt jours.

Continue Reading

Tendances